DISTRIBUTEUR AUTOMATIQUE DE BILLETS : BIENTOT LA FIN ?

D’après le Groupement des cartes bancaires le nombre de retraits par carte n’a pas cessé de décliner, lentement, depuis 10 ans. En 2008, le nombre de retraits moyen, sur une année, par personne était de 26,4. En 2016, cette moyenne est descendue à 22,1 opérations.

Les billets finiront-ils vraiment par disparaitre ?

LES BANQUES DANS L’AIR DU TEMPS

En zone urbaine, plus précisément en centre-ville, là où le réseau bancaire est dense et le flux de clients est important à tous horaires, il est nécessaire d’avoir un distributeur dans son agence.
En zone rurale, là où la densité de population est faible, les banques ne veulent plus être physiquement présentes à travers une agence, et ne souhaiteraient plus entretenir ces distributeurs. La cause ? Ils ne seraient pas rentables. Pour qu’un DAB (distributeur automatique de billet) le soit, il faut qu’il y soit effectué 5 000 opérations par mois. C’est un seuil, les banques considèrent qu’à 5 000 opérations il y a eu un nombre suffisant de clients de banques concurrentes pour rentabiliser le DAB. Car les banques se facturent entre elles, en moyenne, 0,57 € les services rendus pour le passage d’un client ne lui appartenant pas.
En 2017, le nombre de distributeurs a diminué de 1 200 appareils.

Afin de toujours pouvoir approvisionner ses clients en espèces les banques mettent en place de nouvelles initiatives.

  • Un distributeur de billets pour voiture.
    Ce « drive » bancaire, qui vous permet de retirer de l’argent sans sortir de votre voiture, est en période d’essai au Crédit Agricole de Beauvais (Oise)
  • Partenariat avec des commerces.
    Certains réseaux bancaires font le choix de ne plus investir dans leurs agences ou leurs automates, mais proposent de retirer l’argent directement chez le commerçant, sans avoir besoin d’y faire un achat. Le principe est simple, vous indiquez au commerçant le montant à retirer, vous payez le commerçant avec votre carte, le commerçant vous donne l’argent demandé.
  • Payer depuis son téléphone.
    Il est aujourd’hui possible de payer avec son téléphone portable. Il suffit d’entrer les informations de sa carte de crédit dans l’application dédiée dans son téléphone et de présenter son appareil au terminal du commerçant, comme pour un paiement sans contact.

Dans un avenir peu lointain, les DAB n’auront pas déserté toute la France, mais il est fort probable que certaines zones en soient démunies, sans que cela ne nuise à ses actuels usagers.